SI L’ON NE FAIT RIEN…

Après avoir vu Cash Investigation d’Elise Lucet et son équipe (Climat : le grand bluff des multinationales), ma première réaction fut de vomir. Puis seulement après j’ai dessiné. Vous me direz, valait mieux ça que l’inverse, sinon j’aurais vomi sur mon dessin. Grand dégoût pour ces multinationales qui ont encore trouvé un moyen de se faire du pognon sur le dos des gens, et là sous couvert de la cause environnementale.

Bref, à mon niveau je devais faire quelque chose. Et à mon niveau, mes armes ce sont mon crayon, une feuille de papier et des idées.

Ha si, j’ai aussi, comme vous, une autre arme fabuleuse contre tout ce dégoût : j’ai le droit de vote.

LAM-blog5

Publicités

Des violences, mais aux ordres de qui ?

LAM-blog4

Un article paru dans l’Humanité.fr (lien ici) a retenu toute mon attention. Et m’a (re)donné à réfléchir sur les évènements autour des manifs sur la Loi travail. Cet article m’a permis de prendre du recul, de voir la situation sous un autre angle. Et ma foi, ça fait du bien. Du bien de penser qu’il y une alternative à la voie qu’on veut nous faire prendre de casser du flic, de répondre violence à la violence… et de s’aveugler. Car il y a peu, en des temps encore plus terribles, ces mêmes policiers, on les applaudissait. Alors que s’est-il passé ? Ont-ils fait volte-face ? changé au point de montrer l’inverse de ce qu’ils ont été et de ce qu’ils doivent être? Non. Non, non. Ce sont « juste » les ordres qu’on leur donne qui ont changé.

L’article m’a fait prendre conscience d’une chose : les policiers font leur travail. Mais le travail qu’on leur donne. Ce sont des agents de la force publique, ils sont là pour assurer l’ordre et la sécurité des personnes. Mais ils doivent aussi (et surtout à première vue) obéir aux ordres. Le problème médiatique nous montre deux factions, deux camps, deux visions, deux ennemis qui ne le sont pas au final. Mais on ne nous montre pas le troisième acteur, le plus terrible : le donneur d’ordres. Ce même troisième acteur joue pour lui et lui-seul, et se trouve lui dans l’ombre des projecteurs médiatiques. Tranquille. Les autres se tapent dessus. Facile. Utile ?

Qui du préfet, du politique, du ministre, du président, de l’Etat, bref qui du pouvoir en place donne ces ordres abjects aux policiers ? Qui ose donner ces ordres ? et pourquoi ? Calcul politique en vue d’une future élection nationale ? Stratégie de diversion ? Des questions qui sont loin d’être soulevées… étouffées.

En tout cas cela montre une chose, c’est qu’on instrumentalise des forces de l’ordre en forces du désordre. Les policiers se doivent d’être au service de l’ordre public, pas de l’ordre politique. Pas pour le maintien du désordre.

Alors moi ça me soulage un peu, mais que nous reste-t-il ? Quelles sont nos armes pour endiguer cet affront que l’on fait au peuple français. Un solution est la base même de notre démocratie. Ces donneurs d’ordre… sont élus.